Mali: L’ex-ministre de la Défense Bah N’Daw, nouveau président de la République

21

L’ancien ministre malien de la défense, Bah N’Daw a été désigné ce lundi pour diriger la transition pendant les 18 prochains mois. L’annonce a été faite par le chef de la junte à la télévision nationale.

L’ancien ministre de la Défense Bah N’Daw a été désigné lundi 21 septembre président de transition du Mali par un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août, a annoncé le chef de cette junte, le colonel Assimi Goïta, à la télévision nationale.

Le poste de vice-président de transition est revenu à l’actuel chef d’Etat, le Colonel Assimi Goita, chef de la junte militaire au pouvoir. Reste l’identité du premier ministre de la transition.

Qui est le Colonel-major Bah N’daw, nouveau président de la Transition au Mali ?

Né le 23 août 1950 à San, dans la région de Ségou, le Colonel-major à la retraite Bah N’Daw est le nouveau président de la transition au Mali. Bah N’Daw a été Ministre de la Défense et des Anciens Combattants sous le Président IBK. Issu de la 7e promotion de l’Ecole Militaire Interarmes (EMIA) de Koulikoro, ancien pilote d’hélicoptère de l’armée de l’air, Bah N’daw a eu une longue carrière dans les forces armées. Il est officier de l’Ordre national, médaillé du Mérité militaire et aussi du Mérite national. Colonel-major, “le grand” tel qu’il est surnommé, a été formé en URSS, avant de devenir aide de camp de l’ancien président Moussa Traoré, chef d’État-major de l’armée de l’air. L’homme a donc déjà travaillé étroitement avec les militaires français, déployés depuis 2013 dans le cadre des opérations Serval puis Barkhane contre les groupes djihadistes. Mais sa maîtrise du russe pourrait aussi le pousser à entretenir de nouveaux partenariats, alors que le sentiment anti-français va croissant dans le pays.

Reste la réponse de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à cette nomination. Elle avait fixé à mardi 22 septembre son ultimatum pour qu’un président de la transition et un Premier ministre soient nommés. Celle-ci avait également exigé qu’un civil et non un militaire prenne la tête du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.